L’ultimate a-t-il ses chances de devenir une nouvelle discipline olympique pour les JO 2024 ?

ultimate discipline olympique

S’il y a un sport qui devrait attirer votre attention, c’est bien l’ultimate. Au départ, exclusivement pratiqué dans les universités américaines, cette discipline connait une ascension fulgurante depuis quelques années au point de figurer parmi la liste des sports officiels.

Mais qu’est-ce que l’ultimate et qu’est-ce qui explique un tel essor ? Découvrons-le ensemble.

Qu’est-ce que l’ultimate ?

Il s’agit d’un sport collectif sans contact qui se joue à l’aide d’un frisbee et qui oppose deux équipes de 7 joueurs sur du gazon en extérieur. L’objectif est de marquer des points en dirigeant le disque vers la zone d’en-but de l’équipe adverse. À défaut, on peut pratiquer l’ultimate sur un terrain intérieur de handball (2 équipes de 5 joueurs) ou sur la plage (5 contre 5). Sur ce dernier espace, on parle de Beach Ultimate. Il existe différentes divisions selon le sexe et selon les âges.

Par ailleurs, il existe une version adaptée pour les personnes handicapées : l’Ultimate fauteuil.

Vous retrouverez toutes les subtilités et règles du jeu de l’ultimate sur cette page.

Quand l’ultimate est-il devenu un sport officiel ?

C’est en 2012 que l’ultimate gagne sa place dans la liste des sports officiels. On doit une telle évolution à la création de deux ligues professionnelles y afférentes : la Major League Ultimate (MLU) et l’American Ultimate Disc League (AULD). Il convient de noter que cette dernière réunit quatre clubs canadiens : le Royal de Montréal, les Outlaws d’Ottawa, le Rush de Toronto et le Riptide de Vancouver.

L’ultimate à l’échelle mondiale

Dans le monde, l’ultimate a réussi à gagner le cœur du public, grâce aux nombreuses compétitions organisées tous les ans. Parmi celles-ci, on distingue le Word Beach Ultimate Championships qui s’est tenu cette année à Dubaï. Pour de telles rencontres, les divisions sont variées allant du jeu mixte au jeu de niveau junior.

Pourquoi l’ultimate attire tant de nouveaux adeptes ?

Rien qu’aux États-Unis, le rapport de SFIA évalue à 8 millions le nombre de personnes qui jouent à l’Ultimate en 2020. À l’instar du football, c’est la simplicité de l’Ultimate qui explique l’intérêt qu’on lui porte.

À titre de rappel, trois éléments sont indispensables pour le pratiquer : deux équipes de 7 joueurs, un espace et un disque.

Afin de crédibiliser la discipline, le Comité International Olympique (CIO) a officiellement reconnu la World Flying Disc Federation, en tant que régulateur de l’ultimate.

L’ultimate aux Jeux Olympiques : quelles sont ses chances ?

Au regard d’une telle ascension, c’est à se demander si l’Ultimate aura un jour sa place aux Jeux Olympiques. Pour le Rédacteur en Chef de la revue en ligne Ultiworld.com, Charlie Eisenhood, c’est probable. Dans ses propos, il affirme que son inclusion dépend de sa convergence avec les valeurs de la CIO et de ses nouvelles réformes.

En effet, les Jeux Olympiques vont subir quelques changements dès 2020. À ce titre, l’Ultimate peut espérer gagner une place au sein des sports autorisés pour les JO de Paris 2024.

Aux yeux du CIO, l’Ultimate a de nombreux atouts :

  • une politique stricte en matière d’égalité des sexes,
  • son succès auprès du public,
  • un style de jeu unique,
  • c’est le seul sport qui encourage le fair-play puisqu’il n’y a pas d’arbitre, même dans les tournois mondiaux.
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.